Juré : Antoine Sfeir

Antoine Sfeir

Antoine Sfeir

Portrait

Antoine Sfeir, né le 25 novembre 1948 à Beyrouth et mort le 1er octobre 2018 à Paris, est un journaliste et politologue franco-libanais, auteur de nombreux ouvrages sur des sujets liés au Moyen-Orient et au monde musulman.
Fondateur des Cahiers de l’Orient, il a présidé le Centre d’études et de réflexion sur le Proche-Orient (Cerpo) et l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI), et enseigné les relations internationales au CELSA.
En 2005, sur demande conjointe du président de la République, Jacques Chirac, et du Premier ministre, Dominique de Villepin, il lance avec Jean-Michel Quillardet, ancien grand maître du Grand Orient de France, l’Observatoire de la laïcité, qui se définit comme « un groupe d’étude et de prospective afin de renforcer le principe de laïcité comme constitutif de la République et de la démocratie ».
En septembre 2014, il devient président de l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI) ; il a notamment pour prédécesseurs René Cassin, Edgar Faure ou encore Raymond Barre.
Antoine Sfeir gagne en 2003 un procès en diffamation intenté par Tariq Ramadan, à la suite de la publication d’un entretien accordé en janvier 2002 à Lyon Mag dans lequel le journaliste avait qualifié Ramadan de « fondamentaliste charmeur spécialiste du double langage ».
Il est un temps critiqué pour avoir fait « l’apologie du régime tunisien » de Ben Ali dans plusieurs de ses écrits, notamment Tunisie, terre de paradoxes. Il est révélé que l’ambassade de Tunisie en France aurait acheté 2 000 exemplaires de ce livre aux éditions de l’Archipel, et achetait chaque numéro des Cahiers de l’Orient consacré à la Tunisie entre 500 et 1 000 exemplaires. Antoine Sfeir reconnaît la corruption du régime tunisien fin 2009 dans un éditorial des Cahiers de l’Orient, mais considère toujours « le peuple tunisien comme un exemple pour toute la région au niveau de l’éducation, de la modernisation et de l’intégration régionale, ainsi que pour la lutte contre l’intégrisme religieux ». En 2011, après la chute du régime de Ben Ali, il fait son mea culpa : « Je l’avoue sans problème : je me suis trompé lourdement sur la Tunisie. »
Antoine Sfeir est franc-maçon, membre de la Grande Loge de France15.
Souffrant d’un cancer, il s’éloigne du monde médiatique, mais continue à donner des conférences. Il meurt dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2018, à l’âge de 69 ans16. Ses obsèques se déroulent le 5 octobre 2018, à la paroisse Notre-Dame du Liban, en présence de quelque 500 personnes, dont l’ambassadeur du Liban et l’envoyé d’Emmanuel Macron, qui a procédé à la lecture d’un message de la part du président français.

Tous les Jurés

Edgar Faure

Le Prix Edgar Faure

Toutes les Remises de Prix

L’association Edgar Faure

Bibliographie d’Edgar Faure

Découvrez d’autres Jurés du Prix Edgar Faure

Georges Pau Langevin

Gérald-Brice Viret

Gilles Catoire

Gonzague Saint-Bris

Hadrien Ghomi

Hugues Gall