Jean Pierre BIBRING

Jean Pierre BIBRING

Jean-Pierre Bibring, né le  à Paris, est un astrophysicien français.

Titulaire d’un doctorat en astrophysique obtenu en 1978 à l’université Paris-Sud 11, il y exerce comme professeur des universités et comme astrophysicien affecté à l’Institut d’astrophysique spatiale. Il intervient à haut niveau sur plusieurs programmes spatiaux de premier plan, notamment, par le passé, la mission Cassini-Huygens, conjointe entre le JPL et l’ESA, qui a étudié Saturne et ses satellites, dont notamment Titan en 2005, et actuellement la mission MRO de la NASA, en orbite autour de Mars depuis le printemps 2006, ainsi que les missions Venus Express et Mars Express de l’ESA.

En tant que responsable de l’instrument OMEGA de Mars Express, il est à l’origine d’une chronostratigraphie minéralogique de la planète Mars sensiblement différente de l’échelle des temps géologiques martiensgénéralement acceptée. Cette approche novatrice repose sur un système stratigraphique en trois éons :

  • Phyllosien : « âge des argiles » antérieur à 4,2 Ga, terrains caractérisés par la présence de phyllosilicates, dont des argiles, vraisemblablement formés sous l’action d’eau liquide ;
  • Theiikien : « âge sulfurique » entre 4,2 et 3,8 Ga, géologie dominée par les minéraux soufrés résultant du volcanisme martien ;
  • Sidérikien : « âge ferrique » après 3,8 Ga, époque de formation des oxydes de fer anhydres, omniprésents à la surface de la planète et responsables de sa couleur rouge.

La datation précise de ces éons demeure largement incertaine, et l’analyse détaillée des résultats d’OMEGA suggère en fait une discontinuité entre le Phyllosien et le Theiikien, faisant coïncider le début de ce dernier avec l’Hespérien de la géologie martienne tout en maintenant une durée moindre pour le Phyllosien que pour le Noachien, ce qui conduit du même coup à réajuster la définition des époques géologiques martiennes. Cette discontinuité, qui coïnciderait plus ou moins avec l’hypothétique « grand bombardement tardif » (LHB en anglais, daté plutôt entre 4,1 et 3,8 milliards d’années), matérialiserait en fait l’époque d’activité volcanique maximum, qui se prolongerait au Theiikien en disparaissant progressivement au fur et à mesure que la planète aurait perdu l’essentiel de son activité interne.

 

Tous les Jurés

Edgar Faure

Le Prix Edgar Faure

Toutes les Remises de Prix

L’association Edgar Faure

Bibliographie d’Edgar Faure

Découvrez d’autres Jurés du Prix Edgar Faure

Rodolphe Oppenheimer

Olivier Dassault

Isabelle Debré

Etienne Klein

Anne Sophie Coppin

Viviane Neiter